top of page
  • cbadjointevirtuell

Mes tonnes de parents !

Parfois, quand j’ouvre les yeux le matin, je me dis, c’est fou comme j’ai de la chance. J’ai de la chance d’être en vie, en santé. De pouvoir me lever chaque matin pour affronter ma journée. De pouvoir vieillir et prendre de la sagesse à chaque jour. De pouvoir avoir une belle conscience et de vouloir aider mon prochain. D'aussi pouvoir m’améliorer en tant qu’être humain au cours des années qui passent.


Cette sensation de devenir quelqu’un de meilleur, je la dois à mes tonnes de parents ! J’ai eu l’incroyable chance d’avoir de TRÈS bons parents biologiques mais aussi d’avoir des figures maternelles et paternelles tellement inspirantes pour moi ! Vous ne les connaissez peut-être pas, mais si vous continuez la lecture, vous pourrez reconnaître des gens dans votre entourage ou vous identifier à l’une de ces personnes.


D’abord au secondaire, il y a eu ma belle Yoyo (Yolande). Elle était devenue amie avec ma mère et elle est entrée dans nos vie graduellement. Une personne d’une générosité sans frontière et avec qui on peut lâcher son fou à tout moment. Simple, authentique, elle a su être un exemple de gentillesse pour moi. Encore aujourd’hui, on prend de nos nouvelles et c’est une personne que je ne pourrai jamais oublier.


Quelques années plus tard, quand j’ai été engagée au Gouvernement du Québec, j’ai fait la connaissance d’Élyane et de Diane. Ces femmes ont environ l’âge de ma mère et tout de suite je les ai considérées comme ma deuxième et ma troisième maman. C’est ce genre de femme à qui tu peux tout dire sans te sentir jugée. Je me suis toujours sentie écoutée avec elles. Nos parents biologiques ont tendance à être subjectifs car ils veulent nous protéger à tout prix. Avec Élyane et Diane, j’ai toujours su que je pouvais avoir les bons conseils sans que les émotions brouillent leurs jugements. C’est tellement agréable de pouvoir compter sur elles comme étant une oreille attentive.


Mais il n’y a pas eu que des femmes inspirantes pour moi, il y a aussi eu des hommes en qui j’ai développé une grande confiance. Mes parents ont toujours été très à cheval sur la politesse mais va savoir pourquoi, avec mon oncle Alain, j’avais le droit de tester un peu plus la limite. Ça nous a permis de développer une très belle relation de moqueries sans rancune. N’ayant pas d’enfant et ayant pratiquement l’âge de mon père, je me suis sentie un peu comme sa fille de substitution à certain moment. C’est un être généreux, drôle, gentil et j’en passe. C’est quelqu’un que j’aime profondément et avec qui je peux être moi-même à 100% et ça, ça vaut de l’or.


Une autre figure paternelle importante dans ma vie, mon beau-papa Michel ou Michou, ou Mike ou Miche de pain, ça dépend de mon humeur ! 😆 AHHH la famille reconstituée, si difficile et si beau à la fois ! Ça n’a pas toujours été simple et j’ai souvent jugé son énorme caractère (sans doute parce qu’au fond, on n’était pas si différent) mais au fil des années, il s’est assagit et il a fait tellement d’efforts pour notre famille. Je sais qu’il aime ma mère profondément et juste pour cela, ça fait de lui quelqu’un de très important pour moi. J’ai le souvenir qu’il a toujours été très présent pour moi. Depuis quelques années, nous avons une immense complicité. Il est mon père et je suis sa fille.


Évidemment, j’ai gardé la crème de la crème pour la fin. En fait, c’est MA crème de la crème, mes vrais parents. Je ne sais pas combien de fois j’ai répété à mon entourage que je n’ai pas été la plus gâtée financièrement mais que j’ai été comblée d’amour ! Mon père Pierre et ma mère Brigitte m’ont inculqué de très bonnes valeurs telles que le respect, la politesse, l’authenticité etc. Mon père m’a également donné son sens de l’humour douteux et son amour des sports. C’est quelqu’un de tellement vrai qui n’a jamais eu peur de nous dire « je t’aime » Il m’a montré que nous pouvions être heureux avec si peu. « Tant que nous avons un toit sur la tête » disait-il souvent pendant mon adolescence.


En revanche, ma mère reste de loin la personne la plus importante dans ma vie. Il n’y a pas de mode d’emploi pour être un bon parent et elle a eu ses lacunes mais je me suis toujours sentie aimée et protégée. Évidemment, elle a passé beaucoup de temps à s’inquiéter pour mon frère et moi mais elle le faisait par amour pour nous. Son amour inconditionnel et sa grande générosité ont fait de moi une personne meilleure. Je ne pouvais pas demander mieux comme exemple à suivre. J’ai décidé de ne pas avoir d’enfant mais je sais que j’aurais été une bonne mère si j’avais pris ne serait-ce que la moitié de sa force maternelle. C’est une femme exceptionnellement courageuse et je serai toujours reconnaissante de TOUT ce qu’elle a fait pour moi.


Maintenant que j’ai fait l’éloge de MES personnes importantes, pourriez-vous dire que vous agissez comme l’un de ces individus pour un être important à vos yeux ? Moi, je ne suis aucune de ces personnes et toutes ces personnes à la fois. Je prends un petit peu de ce qu’il y a de meilleur dans chacun d’eux et j’apprends.


Cela dit, ce qu’il faut tirer de ce texte c’est que peu importe si vous avez eu de très bons parents biologiques ou que ceux-ci n’ont pas été à la hauteur, ce n’est pas ce qui compte. Prenez exemple des gens autour de vous, référez-vous à eux pour devenir quelqu’un de meilleur. Il n’y a pas de loi qui dit que l’on doit avoir une seule figure maternelle et paternelle dans notre vie et ce qui est merveilleux avec notre cœur, c’est qu’il y a de la place pour tout le monde, quelles sont les vôtres ? …







164 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Une vieille fille… ou pas !

Une femme à homme… Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours été une femme à homme. Attendez de lire le texte avant de me juger. Ce que je veux dire par «femme à homme» c’est que très jeune, je

Comments


bottom of page